Le cliché du couple homosexuel : tu fais la femme ou l’homme ?

| 24 juillet 2012 | 14 commentaires
T'es gay ? Tu fais la femme ou l'homme ?

Un couple d’homosexuels qui s’aime avant tout.

« T’es gay ? T’es lesbienne ? Tu fais la femme ou l’homme ? » Les clichés ont la peau dure ! Qui n’a jamais entendu ces propos ? Les clichés ont la peau dure et ne semblent pas vouloir s’en aller de si tôt… Pourtant, à entendre certains homosexuels lesbiens ou gays, ils n’apprécient pas tout le temps cet amalgame parfois désagréable. Malgré tout, l’interrogation peut paraitre légitime pour les hétéros possédant une vision classique du couple. Si cette pensée peut paraitre idiote pour la communauté LGBT, il n’est pas évident de sortir des habitudes culturelles pour certains hétéros qui voient là une question parfaitement cohérente.

À vrai dire, on ne peut pas blâmer cette vision fondée sur les fondements mêmes de l’humanité. Dans la nature, tout a été conçu dans l’optique d’une reproduction mâle-femelle, et les comportements, habitudes, morphologies et cultures vont dans ce sens. Sortir du cadre classique demande d’avoir une analyse bien plus visionnaire et évoluée et comprendre n’est pas donné à tout le monde. Loin de moi l’idée de défendre telle ou telle vision… il s’agit simplement d’évaluer les difficultés de compréhension entre les individus qui évoluent tous différemment.

Ce qui n’a pas forcément aidé à cette autre éventualité qu’est l’amour universel n’est autre que les médias sous toutes les formes. Justement, un film — la cage aux folles — a été le pilier du changement des mentalités vis-à-vis des homosexuels. Même si son impact a été plutôt favorable pour un changement des mentalités vis-à-vis de l’amour entre un homme et un homme, il n’en a pas été le cas sur l’image répandue. Film réalisé par Édouard Molinaro, dans lequel plusieurs acteurs (dont Michel Serrault et Ugo Tognazzi) jouent un rôle parfaitement défini aidant ainsi involontairement à populariser l’image de la féminité et la masculinité dans le couple homosexuel. Involontairement ? Oui ! À l’époque, quelques années en arrière, la vision d’un couple homo était encore au stade des habitudes culturelles classiques. Ainsi, on sent bien dans ce film le manque de clairvoyance dans ce domaine. Mais alors ? Ce film ne serait pas la cause, mais le fil conducteur d’une certitude déjà existante et ancrée dans les têtes  ? Effectivement, il n’en est pas la cause, mais la conséquence, et c’est ainsi que l’image a été relayée indirectement, continuant à appuyer des faits déjà établis.

Si ce n’est pas le film, quel est donc cet aspect négatif relayé ? Certainement pas les transsexuels ! Même s’ils ont contribué à une ambiguïté naissante du fait du mauvais rapprochement qu’en faisaient les gens, ce n’est pas là encore une cause, mais une aggravation des conséquences, une contribution aux faits déjà établis. L’amalgame existe donc aussi dans ce domaine, non pas au niveau de la compréhension, car les gens savent pertinemment ce qu’est cette orientation, mais au niveau de l’image inscrite dans les cerveaux de nos beaux hétéros. Car dans le fond, on catégorise souvent la communauté LGBT en les mettant tous dans le même sac. Or, c’est totalement incohérent !

La cause ? Elle est toute simple et annoncée dès le début de cet article : la culture de notre civilisation basée sur des principes fondamentaux de l’humanité. Un homme s’accouple avec une femme (ou inversement, je préfère préciser pour nos amies féministes) ! La reproduction mâle-femelle est inscrite dans les gênes et va même plus loin par le principe de la survie de l’espèce humaine. Comment ? Oserais-je prétendre que l’homosexualité va à l’encontre de la survie humaine ? Comment osez-vous espèce de… ! Calmons-nous (aie ! Ne balancez pas des tomates dans la tête…) Cela ne va pas à l’encontre des fondamentaux et ne se veut pas péjoratif ou discriminatoire. Il est simplement question d’analyser les causes d’une image aussi répandue et par le fait, il est nécessaire d’en étudier le contenant afin de l’éclaircir. En rien il ne s’agit là d’une attaque visant à montrer du doigt les homosexuels. L’humanité a évolué et est sans cesse en train de se renouveler. Nous ne pouvons donc pas en conclure par cette argumentation. Pourquoi ? La nature n’a pas fini de nous étonner ! Il n’est pas fixé que la reproduction se veuille uniquement mâle-femelle, car si vous observez bien notre belle terre, elle recèle d’espèces qui sont la preuve scientifique que la reproduction se veut évolutive et changeante ! Effectivement, dans certaines conditions, des organismes vivants sont en mesure de changer de sexe afin d’assurer la perpétuité de l’espèce, notamment chez certains poissons, à titre d’exemple… D’autres encore ont la capacité de s’autoféconder, c’est-à-dire qu’ils sont mâles et femelles en même temps (hermaphrodisme.)

Bon, alors ! Ce n’est pas les médias, ce n’est pas les trans, ce n’est pas le principe de la survie humaine, mais quelle est donc cette fâcheuse tendance à ne pas accepter la différence ? Compliqué ? Absolument pas ! Ce n’est rien d’autre que notre culture (encore elle !?), mais cette fois, non pas basée sur les principes de la reproduction et de la survie de l’humanité, mais tout bonnement celle qui fait de chaque peuple ce qu’il est. En d’autres termes, pour faire simple, il s’agit de nos vieilles habitudes. Depuis la nuit des temps, nous nous accouplons d’une façon on ne peut plus classique, allant dans le sens de la nature qui nous a aidés à nous reproduire rapidement par des « outils » (hum…) adéquats. Cette mère Nature ne se veut pas homophobe, elle nous a juste donné le nécessaire pour aller droit au… (pardon) but ! Ainsi, nous survivons le plus aisément possible. Pourtant, elle a bien prévu quelques autres possibilités, notamment la possibilité de « muter ». Pas si bête, cette petite nature… En gros, il est inscrit que notre reproduction ne possède pas une seule facette, mais seuls les plus intelligents (apparemment il ne s’agit pas de nous) peuvent la comprendre et l’utiliser.

Pour conclure — navré aux stéréotypes et habitudes ancrées profondément —, mais non seulement nous pouvons faire des galipettes de différentes façons, mais en plus, d’autres espèces insignifiantes sont plus évoluées que nous. Enfin — et c’est bien là le plus important —, certains confondent parfois amour et sexualité ! L’amour est universel et n’a strictement rien à voir avec notre morceau de viande entre les cuisses (pardon mesdames). La cause la plus répandue est donc liée à nos fâcheuses habitudes que nous ne voulons pas voir disparaitre, peut-être par peur de l’inconnu, mais surtout dans l’ambiguïté entre amour et sexualité ! Aimer, c’est être attiré vers une personnalité particulière, peu importe qui elle est. Alors, cessons ces bavardages inutiles, évoluons et acceptons l’acceptable, car c’est la nature même qui nous l’inculque ! Hé oui ! N’en déplaise aux récalcitrants et aux homophobes prétextant que c’est contre nature.

D’ailleurs, pour conclure (ah ? je l’ai déjà dit ?), des scientifiques étudient l’éventualité d’une anomalie génétique. Clairement, il s’agit là de démontrer que l’esprit humain n’a rien à voir avec la barbaque humaine qui nous sert de peau. Cela différencie l’esprit (et donc l’amour, chimie du cerveau) de notre corps physique. En termes précis, cela veut dire que nous avions une éventualité de devenir un homme ou une femme et que le corps en a fait qu’à sa tête. Pour ma part, je dirais que… c’est une évolution et non une anomalie. Chaque fois qu’il est question d’une différence, il est aussi question d’une anomalie. Or, il est clairement établi que l’humanité mute. Ainsi, rien ne peut affirmer que cette attirance différente ne pourrait pas être une évolution humaine, exactement comme certaines espèces. Quoi qu’il en soit, il est temps que ces clichés s’effacent et laissent la place à l’intelligence.

Après tout ce blabla, ma vision à moi est ultra simple : chaque individu possède son caractère qui lui est propre. Ainsi, qu’il soit question d’un couple homosexuel ou un couple hétéro, selon le caractère de la personne, le couple évolue et chacun trouve sa place instinctivement. Alors les hétéros, qui porte la culotte à la maison ? ;-) Quel cliché… pas bien ça !

VN:F [1.9.22_1171]
Vous avez aimé cet article ? Attribuez-lui donc une note :
Rating: 9.1/10 (16 votes cast)

Liens commerciaux :



A propos de l'auteur ()

Je suis un jeune développeur web & référenceur passionné par le monde du web. En 2006, j'ai crée TonGay.com, un site de rencontre gay entièrement gratuit pour permettre à la communauté LGBT (gay, lesbienne, bi et trans) de pouvoir discuter et se rencontrer en toute liberté. Aujourd'hui, je vous propose ce nouveau blog pour vous informer et vous conseiller en abordant l'actualité gay, en publiant les témoignages des membres du site et en rédigeant des articles sur les sujets qui vous intéressent.

Commentaires (14)

  1. ARNAUD dit :

    J’ai bien lue,et meme un gay ou autres,connais se genre de discours,qui ne fait pas avançer le chimblik,nous avons je le pense pendant l’adolesence une periode de transition,qui d’allieurs peut-etre fragile ou non,et donc de laisser dame Nature faire sont travail,vous parlez de pratique ancestrale oui,mais de nos jours beaucoups d’héteros sexuel,ont des pratique homosexuel avec leurs femmes,et ils sont légions qui sont t’ils ???,elle est bizard dame nature,mais respectons toutes amours quelqu’il soit ainsi va la vie,il ne manque que la reciprocité du respect,du bien vivre ensemble.

    • David Zanini dit :

      Bonjour Arnaud,

      A vrai dire, je n’ai pas cerné le fond de votre commentaire. Toutefois, vous mentionnez : « vous parlez de pratique ancestrale oui,mais de nos jours beaucoups d’héteros sexuel,ont des pratique homosexuel avec leurs femmes,et ils sont légions qui sont t’ils ??? elle est bizard dame nature »……

      Que vouliez-vous dire ? Est-ce un commentaire positif, négatif, montrant du doigt quelque chose ? En tout état de cause, mon article semble aller dans votre sens pourtant ? Tout du moins, je crois… comme je le mentionnais, la nature, certes, la culture, certes, mais il existe d’autres possibilités… tout comme vous le mentionnez sur les hétéros…

      Bye bye ;)

  2. Faure dit :

    BRAVO pour cet article! Le sujet est traité avec brio: sa clarté,sa concision et un regard neuf font que je le partage sur ma page Facebok. Merci beaucoup à l’auteur!

  3. Wilmart Nelley dit :

    je suis de le vieille génération ,mais j’en suis sortie , je trouve ce texte tres bien dit il faut le lire doucement pour comprendre , mais surtout pas entre les lignes ,bien des gens devraient remettre leurs idées a jour nous sommes en l’an 2012 bien le bonsoir a toutes et a tous gros bisous a toi David

    • David Zanini dit :

      Hello ;)

      Oui, il faut prendre son temps pour le lire, car je suis un « ovni » et mes visions sont parfois tellement « décalées » face à notre génération que j’ai bien du mal à les exprimer sur papier (heu ?)

      Alors, on me fait des bisous, à moi ? Que du bonheur ! Bisous à toi aussi :-)

  4. snou dit :

    le principe d’un couple gay c’est qu’il y a pas de femme ^^

    • David Zanini dit :

      Bonjour,

      Mouais… Il est question du couple gay, mais aussi du couple lesbien. Et le sujet traite sur la façon qu’ont les gens de, par exemple, imaginer que dans un couple de gays, il puisse y avoir un des deux hommes qui « fait » (joue) la femme… Idem pour le couple lesbien (par exemple, le cliché du camionneur).

      Bonne journée ;)

    • Jack BRuxelles dit :

      oui car on fait les deux, c un couple unisexe, même si il y a une tendance plus affirmée ches l’un ou chez l’autre.

  5. hatsuki-chan dit :

    Avec tout ces cliché et ces jugements , certaine personne telle que moi on du mal a assumer leur attirance et se cache souvent n’osant pas en parler a des amis .

  6. Bonjour,
    les clichés, les jugements sont malheureusement le lot de notre société, ne peut on pas accepter une fois pour toutes les différences des uns et des autres, ne peut on comprendre que les désirs, les rêves ou les fantasmes des uns ne soient pas obligatoirement ceux des autres
    La vie serait trop belle
    Un hetero

  7. Jack BRuxelles dit :

    dans les « pratiques ancestrales », Déodat de Sicile mentionnait déjà un siècle avant notre ère, que les celtes-gaulois avait leur minou à demeure, et qu’ils l’offrait au voyageur de passage.Tous les auteurs anciens font mentions du bien être gay dans les temps anciens, c’est seulement quand l’Eglise catholique s’est affirmée que la chasse au gays est arrivé, meme si moins acceptée en france, et c’est depuis que l’influence de ladite Eglise a été neutralisée et combattue, que les usages ancestraux d enos peuples sont réhabibilités ou à tout le moins respectés.

  8. Je découvre aujourd’hui ton blog, ton article et par la même occasion le terme LGBT (terme inconnu aussitôt Googlé). Il est vrai que l’approche ‘hétérosexuelle’ provoque malheureusement de nombreux préjugés pas forcément méchants mais innés comme tu l’expliquais. En tout cas, un article intéressant et ouvert ;)

  9. jimmy dit :

    superbe article bien écrie

Réagir sur cet article